3.2.07

Bibliographie

Pour découvrir la richesse d'ALAIN:

Mars ou la guerre jugée
Propos sur l'éducation
Propos sur les pouvoirs

Système des Beaux-Arts

Pour mieux connaître SPINOZA, quelques lectures recommandées:

Les grandes doctrines morales, Hubert Grenier (Que sais-je?)
SPINOZA, Alain (TEL)
Spinoza philosophie pratique, Gilles Deleuze (éditions de minuit)
et un dossier de Mériam KORICHI dans: Lettres sur le mal, Spinoza (folio plus, philosophie)

Pour découvrir DESCARTES bien accompagné:

IDEES, Alain (Champs/Flammarion)
La liberté heureuse, Hubert Grenier (Grasset)
Les grandes doctrines morales, Hubert Grenier (Que sais-je?)
DESCARTES, Textes et débats, par Geneviève Rodis-Lewis (Livre de Poche)

Pour commencer à fréquenter HEGEL:

IDEES, Alain. Les chapitres consacrés à Hegel restent la meilleure introduction possible à ce philosophe difficile.
Les grandes doctrines morales, Hubert Grenier (Que sais-je?) Quelques pages très claires consacrées à Hegel et à sa critique de la morale au nom de l'histoire.
Philosophie Magazine, numéro du mois d'avril 2007.
Esthétique, Hegel (PUF). Un livre d'extraits bien choisis.
Introduction à la lecture de Hegel, Alexandre Kojève (TEL Gallimard). Plus difficile, mais les cinquante premières pages sur la dialectique du Maître et de l'Esclave sont exceptionnelles pour qui veut approfondir ce sujet.

1 Commentaires:

Anonymous Anonyme said...

Bonjour Ollivier,

Concernant Matrix il y a une scène intéressante qui pourrait encore étayer votre interprétation des films. Elle n'a pas été utilisée dans la trilogie, mais dans le jeu "Enter the Matrix".
Durant cette scène, entre l'Oracle et Ghost, deux philosophes sont cités .

William James avec : "La vérité est un fait.Et seule l'expérience permet de confirmer l'exactitude de la Vérité."
Nietzsche avec : "Il ne faut rien vouloir autrement , que ce soit derrière ou devant soi, jamais.Il faut non seulement supporter le nécessaire mais aussi l'aimer.Amor Fati."

Je pense que la deuxième aurait eu sa place dans votre cycle Descartes et la liberté .D'autant plus que vous avez ,avec les réserves de rigueur,tenter le rapprochement entre l'Eternel Retour et le précepte de Descartes sur la fidélité ou plutôt la constance.

Sinon l'Oracle s'explique sur le choix qui l'a conduit à perdre son "enveloppe" .En réalité ,pour répondre à votre interrogation d'aujourd'hui, l'ancienne actrice est morte entre le premier opus et le second.

la source : http://www.code-matrix.net/

Allez tout en bas de la page et sélectionnez la rubrique "vidéo" dans la section "Enter the Matrix".La vidéo en question est la 18.Il faut "enregistrer la cible du lien sous..."
Vous pouvez aussi jeter un coup d'oeil sur le forum et les discussions sans fins que provoquent les tentatives d'explication et d'interprétation de l'oeuvre.


Ensuite j'espère ne pas avoir été trop abrupt en vous conseillant de vous renseigner sur la physique quantique et la théorie du chaos afin de ne pas réduire la physique moderne à une doctrine mécaniste .J'avais bien compris que c'était une boutade pour forcer le trait et faire passer le message.Néanmoins je dois vous avouer que pour les scientifiques, aucunes de ces deux théories n'enterrent définitivement le déterminisme ou le principe de causalité.Et qu'ainsi le déterminisme universel demeure une hypothèse toujours d'actualité pour la plupart des physiciens et des mathématiciens.Les philosophes ont donc toujours leur rôle à jouer.

De plus je vous confirme qu'encore de nos jours, en Maths Sup/Spé, les énergumènes déterministes type mérovingien que vous avez évoqué, existent toujours. Même si ils sont plus matheux ( tendance logicienne) que physiciens.Et ceux que j'ai côtoyé jusqu'en école sont très violents envers la philosophie.
Leur angle d'attaque est plutôt d'un pragmatisme radical : " la philo ça sert à rien! Ca ne construit pas de ponts et ça n'envoie personne dans l'espace" et légèrement teint de rancoeurs : " c'est pour les beaux parleurs " ,"ils sont jamais d'accord entre eux", "ils ne démontrent rien!" "il sont incapables de donner des définitions claires" etc.
Autant vous dire que Diogène et ses métaphores caustiques ne seront toujours pas très appréciées.


Enfin j'aimerais des précisions entre le Dieu cartésien, simple "cause première" de la création du monde et le Dieu "calculateur" de Leibniz .
Dois-je comprendre que chez Descartes, Dieu n'a fait que créer le monde avec les lois de la nécessité pour ensuite se contenter de le vouloir constamment identique ? Tandis que celui de Leibniz est un peu comme l'Architecte : cad perpétuellement au travail et à agir sur sa création pour obtenir le meilleur des mondes possibles ? D'où les théodicées qui lui permettent d'expliquer le mal malgré la bonté supposée de ce même Dieu ?


Euh encore une question :)
Dans cette séance vous nous avez finalement conseillé de ne pas choisir un philosophe contre un autre mais de les fréquenter tels des pères.
Cette attitude ne risque-t-il pas de conduire à une sorte de syncrétisme ? Puisque la très grande majorité des philosophes ont construit des "édifices" philosophiques , des systèmes avec des maîtres concepts non miscibles constituant leurs fondations ? Il serait donc dangereux de faire son marché , on risquerait en fait de dénaturer leurs propos en faisant un obscur ragoût ?
Je veux dire on peut faire des rapprochements, des comparaisons et constater des convergences . Mais parfois il faut, comme le préconise Descartes, se montrer résolu et choisir une voie et surtout créer la sienne. A moins qu'on devienne un sceptique radical tel ce bon vieux Pyrrhon.
Personnellement je préfère l'approche non systématique de Nietzsche.La pensée comme une tentative, une interprétation constamment en mouvement et devenir. Pas d'édifice juste des éclaires.Pas une maison pour l'esprit, une mer infinie.


Bien sûr je ne vous demande pas de me faire un cours , vous devez avoir sûrement bien mieux à faire. Mais simplement votre avis et quelques conseils de lecture.

En tout cas je vous remercie pour m'avoir redonner l'envie de Descartes car j'avais à mon corps défendant un peu trop facilement adopté le mépris de Nietzsche à son encontre . Il faut quand même vous avouer que son passage du doute absolu à la certitude de son existence m'apparaît toujours aussi oiseux et proche de l'escamotage métaphysique . En fait je découvre qu'il a aussi produit une philosophie de la vie et pas seulement une philosophie de La Vérité.

Chaleureusement,

Alexandre

Mes meilleurs voeux de bonheur!

dimanche, 25 février, 2007  

Enregistrer un commentaire

Liens:

Créer un lien

<< Home